Prix Jaap Kruithof

"Nous devons mettre fin aux formes brutales d’exploitation"
Le syndicat mondial IDWF (International Domestic Workers’ Federation), qui a été créé tout récemment, a reçu le prix Jaap Kruithofprijs 2014. Chaque année, ce prix est remis à une organisation qui s’engage dans la lutte pour la démocratie. Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services et défenseur de la collaboration internationale, a reçu le prix au nom de l’organisation, le lundi 21 juillet lors des Fêtes de Gand (‘Gentse Feesten’).

De par le monde, il y a 400 millions de travailleurs domestiques. 90 % de ces travailleurs sont des femmes. Un sur cinq a moins de 15 ans. « Souvent, ils sont isolés de la vie de société. Dans la plupart des pays, le salaire du personnel domestique ne représente que 40% du salaire moyen. Ils bénéficient rarement d’un jour de repos hebdomadaire ou de congé payé. Ce n’est pas évident de défendre leurs droits. Dans de nombreux pays, jusqu’il y a peu, ces travailleurs n’avaient pas le droit de s’affilier à un syndicat », explique Pia Stalpaert.


Obligation de contrat

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) des NU, a approuvé en 2011 une convention qui oblige les employeurs à établir un contrat de travail. La CSC a contribué à la réalisation de cette convention, grâce à laquelle le personnel domestique a droit à la protection sociale et au repos du weekend. Chaque pays doit ratifier la convention et la transposer dans sa propre législation nationale. La Belgique ne l’a pas encore fait.

« La ratification par la Belgique est non seulement importante pour les travailleurs domestiques dans notre pays, il s’agit également d’un signal fort envers l’Union européenne, pour que le dumping social des aides ménagères en Europe soit limité », dit Pia Stalpaert.


Syndicat mondial

Après l’approbation de la convention en 2011, le premier syndicat mondial pour le personnel domestique fut instauré en 2013, avec l’appui de la CSC Alimentation et Services. Lundi dernier, cette organisation syndicale mondiale a reçu le prix Jaap Kruithof. Le jury a ainsi voulu attirer l’attention sur les conditions pitoyables dans lesquelles les travailleurs domestiques vivent et travaillent à l’heure actuelle. « la réussite de cette organisation syndicale est indispensable si nous voulons améliorer les conditions de vie de ces travailleurs et mettre fin aux formes les plus brutales d’exploitation », estime Eric Goeman, membre du jury. Pia Stalpaert se réjouit de ce prix pour l’IDWF. «Les aides ménagères qui, jusqu’il y a peu, étaient exclues des droits sociaux, ont réussi à mettre sur pied un syndicat. Entre-temps, 47 organisations de 40 pays nous ont rejoint. Ce prix est un véritable témoignage d’estime et un stimulant pour continuer sur la même voie».